Apprendre à aborder collectivement l’inconnu

Seule une position éthique permettra de valoriser cette démocratie sanitaire et une reprise du travail de planification qui met au second plan la satisfaction immédiate consumériste et redonne toute sa place à une vision des besoins de santé prenant en compte le moyen et le long terme. Je suis de ceux qui en ont assez d’être dominés par le besoin de performance et de vitesse qui a remplacé les conduites et les attitudes de protection de l’ensemble de la population donc des plus faibles

Le confinement, révélateur de la fragilité des soutiens aux proches-aidants

Dans le champ des maladies neurologiques et évolutives, le rôle des proches est de mieux en mieux reconnu, permettant de les soutenir avec efficacité. La crise actuelle, le confinement en particulier, est un risque, au moins temporaire, de régression des soutiens, à prendre en compte pour consolider l’avenir.

L’anomie, c’est maintenant

Depuis toujours la guerre tue ceux qui défendent la liberté des autres. Saluons sans réserve l’héroïsme des soignants dont la mort afflige des parents et des enfants qui jamais se consolent. Car l’œuvre de la guerre est bien connue. Impitoyable, la mort y est brutale ; inhumaine, la mort est soudaine. Le bonheur d’un lendemain est une fortune collective, rappelons-nous en ! Reculer un instant sur le plan des libertés individuelles pour mieux organiser la parade collective, oui ; tout perdre durablement, non. Que faire ?

Sans jamais cesser d’exister

En matière de développement psychique, il est clair que l’on se construit avec des limites mais aussi avec des références. Ce qui dans cette pandémie fait référence, c’est que tous sont concernés, peuvent en mourir, devenir pour un temps dépendants.

Covid-19, juste une crise sanitaire de plus en Afrique ?

Une récente note du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères intitulée « L’effet Pangolin », très commentée sur les réseaux sociaux, table sur un scénario catastrophe avec des conséquences désastreuses du Covid-19 en Afrique. Un scénario que des intellectuels et activistes africains ont aussitôt dénoncé, arguant qu’il présentait une nouvelle fois l’Afrique comme une terre de désolation faisant fi des dynamiques endogènes des sociétés africaines pour réagir à une nouvelle crise. Pour l’heure, et même si la situation risque évidemment d’évoluer, l’Afrique reste encore relativement épargnée avec 47.953 cas et 1 488 décès pour l’Afrique subsaharienne. Néanmoins, les chiffres augmentent chaque jour. Excès de confiance ou principe de réalité ?

Le Covid-19 et les vulnérabilités révélées

Le Covid-19 a pris le monde par surprise. En quelques jours seulement, cette chose infinitésimale a obligé notre monde survolté à disjoncter, à déclencher son propre shutdown. Ce faisant, il vient nous éclairer sur trois aspects de notre rapport à la vulnérabilité.